Quand solliciter un attaché de presse ? Mode d’emploi

Ah, les relations presse : une mission à la fois connue et méconnue des artistes qui souhaitent s’y pencher !

Le travail de l’ attaché de presse est en effet peu compris – j’en parlais justement sur hauméa magazine – or ils et elles exercent un travail essentiel, qui aide bon nombre d’artistes à aller plus loin dans leur carrière musicale.

Pour résumer simplement : le travail d’un-e attaché-e de presse, c’est de rentrer en contact avec des journalistes de la presse digitale et papier mais aussi des programmateur-ice-s radio et télé, afin de leur présenter un projet – musical en l’occurrence. Le but est de faire le maximum pour obtenir des relais dans la presse pour l’artiste ; articles, relais, interviews, passages en radio, les types de retombées presse sont nombreux.

Les attaché-e-s de presse ont plusieurs spécialités : certain-e-s sont spécialisé-e-s dans les relations presse digitales uniquement, d’autres couvrent tout le spectre de la presse (papier, web, radio et TV). Certain-e-s ne prennent à leur charge que des projets d’album, d’autres suivent des artistes sur plusieurs sorties ; certain-e-s sont spécialisé-e-s dans un genre musical précis, d’autres ont un roster beaucoup plus éclectique. C’est pourquoi, et ce sera là mon premier conseil, il est important de se renseigner sur le scope couvert par un-e attaché-e de presse et ses sensibilités musicales avant de le ou la contacter !

Relations presse : les idées reçues

Maintenant que vous en savez un peu plus sur le métier d’attaché-e de presse, cassons quelques idées reçues avant de rentrer dans le vif du sujet.

Idée reçue 1

Non, un-e attaché-e de presse ne s’occupe pas que de gros artistes. Fort heureusement, certain-e-s dédient même leurs activités aux artistes émergent-e-s qui débutent ! Ce sont souvent des campagnes plus difficiles à mener car les grands médias sont moins sensibles aux projets émergents, c’est pourquoi elles sont souvent menées auprès de la presse digitale.

Idée reçue 2

Aussi, les attaché-e-s de presse ne coûtent pas forcément plusieurs milliers d’euros. Les tarifs peuvent varier du simple au quintuple car il n’existe pas de grille tarifaire dans la profession. Le devis d’un-e attaché-e de presse va dépendre de beaucoup de choses : de la nature de votre sortie, du scope couvert par la campagne (digital, radio, TV ou 360), du temps nécessaire pour mener la campagne à bien… sans compter l’expérience de la personne ou de l’agence que vous sollicitez. Un-e attaché-e de presse qui débute ne

coûtera bien évidemment pas le même tarif qu’une personne qui a d’ores et déjà 15 ans d’expérience dans le métier.

Idée reçue 3

Enfin, et c’est moins une idée reçue et plus un disclaimer : les articles dans la presse ne vous rapporteront pas forcément des streams sur le court terme. Ce sont essentiellement l’engagement de votre audience autour de votre musique ainsi que d’autres facteurs comme les entrées en playlists qui le feront.

Les relations presse ont pour vocation de vous aider à construire votre image professionnelle. Comme je dis souvent aux artistes qui me sollicitent pour du consulting – chose que tu peux faire sur mon profil The Artist’s Corner et via Incubart’ – les articles dans la presse vont permettre de te gagner en reconnaissance et en crédibilité : lorsque quelqu’un tapera ton nom sur Google, il ou elle ne verra pas ton profil SoundCloud ou ta page Facebook en premier, mais peut-être une chronique ou une interview à ton sujet, ce qui non seulement donne des informations supplémentaires sur ton projet mais qui aussi montre que ta musique gagne en notoriété.

Car oui, les retombées presse sont des choses que les professionnel-le-s de la musique recherchent : les sociétés de distribution, de booking, d’édition ou encore les labels aiment savoir que la presse vous soutient car cela ajoute un certain côté « tendance » et « actuel » à votre projet.

 

Dans cet article, on va évoquer dans les grandes lignes ce que j’enseigne habituellement aux artistes qui me consultent et qui souhaitent soit faire leurs relations presse elles & eux- mêmes, soit solliciter un-e attaché-e de presse dans de bonnes conditions. On va donc parler de biographie, de savoir quoi produire entre un communiqué et un dossier de presse, et du bon moment pour solliciter ces professionnel-le-s.

La biographie : votre carte de visite

La biographie, c’est certainement le document qui vous sera le plus demandé dans votre carrière artistique, après votre musique bien sûr. Pourquoi ? Parce qu’elle permet à la personne en face de vous d’appréhender le cadre dans lequel s’inscrit votre musique.

Qu’est-ce qu’une biographie ?

Une biographie, c’est un texte qui décrit votre projet musical, mais aussi votre personne. Je ne vous apprends rien en disant qu’un-e artiste met de sa personne dans sa musique : il est donc logique que la biographie évoque les deux !

Bien qu’il n’y ait pas de règle pour écrire une bio, je vous conseille fortement de ne pas la rédigez vous-mêmes. Il est très difficile de parler de soi ; lorsque je reçois des biographies d’artistes qui ont été rédigées par les artistes elle & eux-mêmes – oui, ça se devine ! – elles ne transmettent pas « l’essence » du projet musical.

Qu’est-ce que j’entends par « essence » ? C’est la raison pour laquelle vous faites la musique que vous faites, c’est l’histoire que vous souhaitez transmettre à travers votre musique. J’en vois déjà certain-e-s se dire « mais moi je n’ai pas de message à transmettre » : même si tu n’en as pas, c’est une information à laisser transparaître, car cela veut dire que ta musique transmet autre chose, peut-être des émotions, ou simplement un état d’esprit, un état d’âme à un instant T par exemple. Et ça, c’est une information clé pour les journalistes, et même pour le label que tu vas contacter.

Mais alors, qu’est-ce qu’une bonne biographie ?

Une bonne bio, c’est une bio qui décrit votre musique, d’où elle vient, pourquoi elle sonne comme telle, mais aussi vos influences, votre parcours – sans rentrer dans le cliché « j’ai grandi ici, j’ai fait telles études » – et votre message.

Je vous conseille de ne pas dépasser une demi page, et je vous conseille toujours de démarrer par une accroche – une phrase qui capte l’attention de votre lecteur-ice – et de terminer la bio par votre actualité la plus récente ou votre actualité à venir : un album en fin d’année, une tournée locale… La clé, c’est de montrer que vous cherchez à vous développer.

J’ai détaillé la « trame » d’une bonne biographie dans mon guide pour réussir sa sortie musicale en indé, un guide rempli de conseils pour bien démarrer dans l’industrie musicale.

Et parmi les autres documents promotionnels que je détaille dans le guide, il y a le communiqué et le dossier de presse.

Communiqué ou dossier de presse : que choisir ?

Le communiqué de presse et le dossier de presse sont les deux documents les plus utilisés par les attaché-e-s de presse. Cependant, ce sont deux documents différents.

Qu’est-ce qu’un communiqué et un dossier de presse ?

Le communiqué de presse, c’est un document qui tient sur une page, et qui présente une sortie musicale, à savoir un single, un clip, un EP ou un album. Il se concentre donc essentiellement sur une musique à venir, et moins sur l’artiste même.

Le dossier de presse, quant à lui, présente un projet global. C’est un document qui, dans l’usage, peut aller jusqu’à 10 pages, même si je conseille généralement de ne pas aller au delà de 6 pages pour un-e artiste indé. On y retrouve aussi bien des informations sur l’artiste que sur sa musique, parfois sa discographie, sa tournée précédente ou à venir, et plus encore.

Le communiqué : idéal pour un-e artiste qui démarre et qui promeut une sortie.

Lorsque vous vous apprêtez à sortir votre premier single, à moins que vous ayez une activité musicale dense autour de votre personne (par exemple, vous faites de la musique à l’image depuis longtemps, ou bien vous avez eu un passé musical dense dans un autre groupe avant de vous lancer en solo), le communiqué de presse est amplement suffisant pour vous promouvoir auprès de la presse car vous n’aurez pas assez d’informations pour remplir un dossier de presse.

Votre communiqué, qui peut reprendre dans les grandes lignes des informations de votre biographie, va venir soutenir cette dernière : vous allez l’envoyer aux médias en parallèle de votre biographie et de votre lien privé d’écoute.

Votre communiqué va détailler l’univers autour de votre sortie. Prenons le cas d’une sortie de single avec clip – sortie assez classique lorsqu’on débute – votre communiqué va présenter le titre, son univers musical, son univers graphique avec le clip, sa date de sortie, et quelques infos sur vous. Je vous encourage à l’avoir sous deux formes : en PDF, pour le partager dans vos mails promo, et en format Word, pour que les journalistes puissent extraire des informations du communiqué s’ils et elles en ressentent le besoin.

N’hésitez pas à le rendre créatif et à le faire refléter votre direction artistique visuelle !

Le dossier de presse : un document utile pour tous les professionnel-le-s de la musique.

Le dossier de presse, en revanche, comme il vous permet de présenter votre projet global et pas seulement une sortie, vous permet non seulement de contacter la presse, mais aussi de contacter tout-e professionnel-le de la musique.

Un dossier de presse est utilisé pour présenter dans un seul et même document plusieurs choses : votre biographie, votre dernière sortie (il reprend donc des éléments du communiqué de presse aussi !), et des informations annexes, qui peuvent inclure, au choix et selon votre projet musical : votre discographie, votre formation live, votre tournée, vos partenaires (label, éditeur-ice…), et vos retombées presse passées.

Réservez un encart en dernière page ou toute la dernière page (façon quatrième de couverture) à vos liens vers vos réseaux sociaux, vos profils Spotify, Bandcamp et SoundCloud, ainsi qu’à vos coordonnées et à celles de vos partenaires professionnels (label, manager, attaché-e de presse, booker-euse…). Le dossier de presse a aussi généralement une couverture.

Et maintenant que vous savez les spécificités des trois documents les plus utilisés par les attaché-e-s de presse, attardons-nous sur une autre chose fondamentale : le bon moment pour solliciter un-e attaché-e de presse.

Quand solliciter un attaché de presse ?

Un-e attaché-e de presse se sollicite en effet à des moments précis. Je mets volontairement la phrase au pluriel car il y a plusieurs variables à prendre en compte : où vous en êtes dans votre carrière, quand votre prochaine sortie arrive, et votre budget.

Solliciter un attaché de presse au bon moment de sa carrière musicale

Bien qu’il n’y ait pas « un » moment idéal pour engager une RP, il y a tout de même plusieurs choses à savoir.

La première est que tous-tes les attaché-e-s de presse ne défendent pas d’artistes émergent-e-s voire débutant-e-s. Certain-e-s ont en effet l’habitude de travailler des projets qui ont un certain vécu, car ils et elles travaillent avec des médias qui ne focalisent en général pas l’attention sur les projets en développement. Je pense notamment à la majorité des agences de relations presse radio et TV, qui auront besoin que vous ayez acquis un peu de notoriété avant de les solliciter. Il y aura toujours des exceptions cependant, donc renseignez-vous bien sur le roster d’artistes des agences que vous contactez !

Solliciter un attaché de presse selon son type de projet

Ensuite, tous-tes les attaché-e-s de presse ne travaillent pas le même type de projets. Certain-e-s vont travailler des sorties « longues » (EPs, albums), d’autres accepteront de travailler des sorties plus ponctuelles comme des singles ou des clips. Gardez tout de même en tête que si vous souhaitez promouvoir un single en France auprès de la presse, sans clip, vous aurez du mal à capter l’attention des médias, notamment auprès de la presse digitale.

Enfin, certains médias ne traiteront pas d’artistes qui débutent car ces derniers n’ont pas accumulé de fanbase et leur projet est encore un peu trop jeune pour qu’ils puissent le couvrir. Il n’est pas nécessaire d’avoir une audience pour attirer un média, mais avoir un peu de vécu – des singles à faire écouter, des clips à faire visionner, des posts Instagram à montrer et plus encore – viendra soutenir votre bio, votre message et votre sortie car les journalistes pourront replacer votre mail promo dans un référentiel musical et créatif.

Solliciter un attaché de presse en fonction d’une date de sortie.

Une campagne de relations presse, ça prend du temps. Ça demande en général au moins 6 semaines de travail, voire plusieurs mois pour des sorties comme des EPs et des albums. On ne contacte donc pas un-e attaché-e de presse deux semaines avant la sortie de sa musique : c’est trop tard pour effectuer des prises de contact ! L’attaché-e de presse a besoin de temps pour cibler ses contacts, mais également pour présenter le projet, faire des newsletters, passer des appels, faire des relances… et tout ça ne peut pas se faire sur deux semaines. 80% de la campagne de relations presse s’effectue avant la sortie, par simple souci de respect de l’actualité. Si votre titre est sorti il y a plus d’un mois, les chances qu’il soit partagé dans la presse se réduisent, malheureusement, drastiquement.

Il faut aussi savoir que les médias prévoient leur calendrier éditorial en avance. À mon échelle, avec hauméa magazine, je prévois mes contenus au moins trois semaines à l’avance. Imaginez donc comment les magazines papier fonctionnent : ils ont une date de bouclage précise à respecter, date au delà de laquelle ils passent au numéro du mois voire du trimestre suivant… la temporalité des médias est donc à connaître et à respecter, et pour ce faire, la clé, c’est l’anticipation.

Solliciter un attaché de presse en fonction de son budget.

Une campagne de relations presse coûte de l’argent. Je le disais en intro : il n’existe pas de grille tarifaire dans le monde des relations presse car les devis ne peuvent se faire qu’à la carte. Cependant, vous aurez beaucoup de mal à engager un-e RP pour moins de 500€ par mois… et si vous avez suivi mon déroulé jusqu’à présent, vous savez qu’une campagne dure rarement moins de 6 semaines. Le budget pour une campagne de RP avoisine donc facilement les 4 chiffres, et c’est normal.

C’est pourquoi, parfois, il peut être judicieux d’apprendre les us et coutumes du métier pour faire ses propres relations presse dans un premier temps.

Conclusion

Les relations presse, vous y passerez je pense tous-tes. C’est une étape clé d’un développement de carrière car les articles dans la presse vous permettront d’ouvrir des portes : beaucoup de professionnel-le-s ont aujourd’hui besoin de retombées presse pour se projeter sur la légitimité de votre projet et sa propension à plaire à une audience cible.

Ceci dit, il n’est pas obligatoire, voire parfois judicieux, de démarrer une campagne de relations presse dès la sortie de son premier single. Pourquoi ? Car les journalistes ont aussi besoin de se projeter sur vous et sur la « viabilité » de votre projet ; parfois, avoir sorti plusieurs singles avant de contacter les médias aident ces derniers à mieux saisir l’ampleur de votre projet, votre « patte » artistique, votre univers et votre message. Ne vous précipitez donc pas ; une bonne stratégie de développement, c’est la clé – mais ça, on peut s’en parler ensemble de vive voix si vous en ressentez le besoin !

 

Cloé Gruhier – Proxima Centauri
https://proxima-centauri.co/

Pour parcourir notre sélection d’attaché de presse qualifiés, cliquez ICI

Commentaires

mood_bad
  • ll n’y pas de commentaires
  • Ajouter un commentaire