Se lancer dans la musique : un projet à préparer

Ca y est, vous avez pris votre décision ! En sortant du bac, après avoir eu votre diplôme, ou encore quand vous aurez négocié votre départ : vous allez enfin vous lancer dans la musique et faire ce que vous aimez !

Mais qu’est-ce qu’on entend par « se lancer dans la musique » concrètement ? C’est de se mettre à travailler à temps plein sur votre projet musical, et d’en faire votre métier/occupation de tous les jours.

Lorsque le cap de la décision est passé, une autre étape commence : la préparation. Eh oui, parce que comme tout projet, cela va demander de la rigueur, de l’anticipation, en bref du travail. Et le meilleur moyen d’avoir toutes les cartes en main une fois le projet commencé, c’est d’avoir réfléchi à une « stratégie ».

Nous avons donc préparé une liste de conseils et de choses auxquelles il faut avoir pensé pour s’engager de la meilleure des manières dans votre aventure musicale.

 

Le budget

Tout d’abord l’argent. Les phases de création, networking ou d’enregistrement, nécessitent un certain budget :

  • tout d’abord pour vivre (loyer, nourriture, déplacements)
  • ensuite, pour le studio (enregistrement, mixage, mastering)
  • pour faire la promotion de votre projet
  • enfin, pour les sorties dites « networking »
  • Il y aura évidemment d’autres dépenses (Comme vous le savez, les comptes peuvent se vider très vite!)

Il faut donc trouver des moyens de se rémunérer.

Aides et subventions

Si vous avez travaillé avant, et que vous avez bien négocié votre départ, vous toucherez sûrement le chômage pendant un certain temps (1 ou 2 ans), ce qui fera du bien au porte-monnaie.

De plus, au bout d’1 an de travail dans le secteur musical, vous aurez sûrement récolté un bon nombre de cachets vous permettant de prétendre au régime chômage de Pôle emploi Spectacle : l’intermittence du spectacle. Voir article pour plus d’informations.

Il existe aussi des aides pour vous aider à financer votre projet, comme l’aide à l’autoproduction de la SACEM par exemple, la SCPP ou encore la SPPF. Voir article pour plus d’informations.

Les cachets

Les cachets vous servent à demander l’intermittence, vous donne des expériences de scène, des occasions de tester vos compos devant un public et surtout vous apportent des revenus.

Votre préoccupation de tous les jours sera donc de trouver des contrats (CDD d’usage) pour pouvoir vous produire sur scène et être rémunéré pour cela.

Retrouvez ici la liste des contrats rémunérateurs pour les artistes (Annexe 10)

Revenus supplémentaires possibles

Une bonne alternative est d’avoir un job en freelance, ou à mi-temps pour lequel vous ne travaillez que certains jours de la semaine. Vous garderez ainsi du temps pour composer, faire des scènes, aller au studio, rencontrer des gens du milieu, tout en gagnant de l’argent de manière régulière.

Vous pouvez aussi faire des missions ponctuelles ou donner des cours particuliers (sur Paris, c’est assez rentable). Cela arrondira les fins de mois et ça ne vous prendra pas beaucoup de temps.

Le réseau

Par où commencer… ? Comment trouver des scènes ? Des lieux où faire des prestations régulièrement ? Où enregistrer ? Où trouver de l’aide ? Comment se constituer une équipe ? On peut vite se sentir seul car on ne sait pas qui contacter.

Il va alors falloir apprendre à développer et utiliser son réseau. Facile à dire ! Mais voilà nos conseils :

Le réseau que vous avez déjà

En réalité, vous avez déjà commencé à créer votre réseau mais vous ne le savez pas encore. Depuis que vous êtes né, vous avez rencontré des gens, vous vous êtes fait des amis, vous avez rencontré leurs parents, leurs amis, vous avez parlé avenir avec votre famille proche ou éloignée, etc. Vous connaissez déjà énormément de monde.

Alors essayez de vous souvenir de la profession des gens que vous avez rencontré. N’hésitez pas à regarder sur LinkedIn ce que sont devenus vos anciens camarades de classes, à recontacter les personnes avec qui vous aviez parlé musique un jour. Toutes ces personnes, mises bout à bout peuvent, par hasard ou chance, vous rapprocher de votre but !

Si vous pensez que leur profession, ou une connaissance à eux, peut vous donner des opportunités pour votre projet, foncez. Imaginez qu’un d’eux travaille à Radio France ou même à Universal Music, ça vaudrait le coup non ?

Développer son réseau

  • Souvent, les labels, les studios d’enregistrement et/ou les groupes d’artistes organisent des soirées de rencontre, des jam sessions, des scènes ouvertes. Ces évènements sont d’excellentes occasions de rencontrer d’autres artistes, d’écouter ce qu’ils font et de montrer à votre tour ce que vous savez faire.
  • Lors des concerts que vous faites. Vous pouvez partager la scène avec d’autres artistes, plus expérimentés que vous. Il est toujours intéressant d’aller à leur rencontre et de discuter avec eux, pour connaître leur parcours, les erreurs qu’ils ont pu faire. Si ils vous aiment bien, ils pourront même vous partager des bons plans et vous offrir des opportunités !
  • Réseauter sur Instagram, LinkedIn et contacter contacter contacter, en fonction de vos besoins. Personnalisez bien chacun des messages que vous envoyez, en précisant si c’est le cas, la personne qui vous a donné leur contact.
  • Vous pouvez aussi trouver des professionnels de la musique sur The Artist’s Corner (managers, bookers, attachés de presse, graphistes, réalisateurs, etc.) pour booster votre carrière musicale.

Apprendre des expériences des autres

Une prise de contact peut se faire autour d’un café, d’un appel téléphonique, d’un dîner, d’une soirée ; le principal est de pouvoir échanger. Intéressez-vous au parcours des gens, soulignez les points qui vous seraient utiles, et parlez ensuite de votre projet. Communiquer les informations principales et écoutez bien leurs conseils, leurs idées, les noms qu’ils pourront vous donner et surtout NOTEZ TOUT (n’ayez pas trop confiance en votre mémoire… c’est traitre).

Il ne faut pas avoir peur de déranger, en général les gens seront ravis d’avoir pu être utile à l’ami de leur ami, à l’ami de leur fils, à la cousine de leur demi-frère, etc. ! Au pire des cas,  ils vous diront qu’ils n’ont pas le temps, mais vous aurez au moins tenté votre chance.

 

Garder un cadre

Une des choses les plus difficiles quand on se lance seul, c’est la discipline. Lorsque l’on a pas de patron ou quelqu’un derrière à qui rendre des comptes, on est vite tenté de se laisser vivre.

Dans cette situation, tout ce que vous faites ou ne faites pas impacte votre projet. A vous d’arbitrer comment vous voulez le gérer.

Ce qui est bien c’est de se trouver un cadre : ça peut être un conservatoire, une résidence, une école, un groupe d’amis, un espace de coworking, qui travaillent dans le secteur culturel (attention à choisir des amis bosseurs pour vous tirer vers le haut).

Un bon conseil serait de se créer un rituel, une routine en début de semaine qui vous oblige à vous lever le matin, et qui lance la semaine après un week-end de repos (même si la séparation entre les deux est beaucoup moins nette dans ce métier). Par exemple : avoir rendez-vous tous les lundis matin avec un coach, un manager, un autre artiste ou quelqu’un qui vous aide, pour discuter du projet, de vos objectifs de la semaine ou du mois, éventuellement autour d’un petit déjeuner/ brunch (ça reste un métier sympa haha).

De plus, vous pouvez créer un planning hebdomadaire qui vous permettrait de vous repérer dans la semaine, d’être surs d’avoir fait tout ce que vous aviez à faire et de varier vos tâches.

Jour

Matin Après-Midi

Soir

LUNDI

Objectifs & to-do list

Mails, prospection

/ ou création

MARDI

Cours de chant Contenu Réseaux

Cours particuliers lycéen

MERCREDI

Prospection Conservatoire/Troupe

Soirée réseautage

JEUDI

Prospection

Répétition

Scène

VENDREDI

Mission Interim

Création/Studio

Scène

S’inscrire à des formations

Une bonne manière de varier ses activités, une fois qu’on a un budget suffisant bien sûr, c’est de s’inscrire à des formations qui vous intéressent et qui seraient utiles au projet. Par exemple : du coaching scénique, coaching vocal, cours de danse, formation à la MAO, apprendre à s’accompagner au piano, etc.

Bon travail et bon courage ! Vous allez y arriver et vous verrez que c’est passionnant 🙂

Commentaires

mood_bad
  • ll n’y pas de commentaires
  • Ajouter un commentaire